​Annonce d'une parole libre

LAMP

 

 - 1992, j’ai 12 ans,

je me jette à l’eau pour la première fois,

la mer est trop froide

, je tisse la toile des récits que j’ai entendu 100 fois,

je nage vers ces voix là,

vers les bribes qui versent l’eau dans mes poumons,

je m’oublie.

quel serai ton nom?

 

- 2001,

le mur est là à quelques mètres,

l’homme s’ y trompe

je ne suis qu’une ombre,

fantôme en girofar giratoire,

ratée européenne,

j’avale chaque brique pour chaque os de mon corps,

j’y perds mes yeux, ma voix, encore

j’y trouve le chemin des langues inconnues,

je m’ y perds, je m’y perdrai

Nous arrivons nus.

 

J’ai 20 ans,

le bateau est trop petit,

je fais marche arrière,

sous le camion il fait 1000 degrés,

les contrôleurs en excès

de kérosène,

j’expire

les kilomètres sur ma peau brunie.

Mon sang change de couleur,

ironie des heures,

dans quel pays je suis,

qu’est ce que ça change, je suis ici?

j’arrive cramée sous la pluie d’un bâtiment en horloge alicien,

ils disent quoi? Tu dis quoi?.

La fouille n’aura durée qu’une minute et le billet grec en poche m’effarouche,

je m’y retrouve là-bas.

L’enfer  n’a de paradis que s’il en existe un, il n’en existe pas

 

- 2010,

je suis déjà mort,

Je ne parle plus, mutation des Hommes refoulés,

ma patte est noire

elle ne passe nulpart,

je suis le fantôme du château hanté par les âmes de ceux mal arrivés,

mal partis, arrachés par les barbelés

humains,

l’ossuaire

européen

crie,

des mers, aux terres d’alexandropouli,

les cimetières s’empilent, nous vivons là,

nos tombes sont les seuls papiers où existent encore nos noms

perdus,

sous les manteaux des passeurs,

menées par les politiques nationales,

voix fermés, voix ouvertes, voix ferrées, voix maritimes, voix routières…

Nous, nous, restons muets.

 

 

POESIES (Suite)

ozhonaaye@yahoo.fr

16, rue du révérend Père Aubry

94120 Fontenay sous Bois


 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now